Un point plus particulièrement abordé par Ecolo lors de ce Conseil communal : la modification des tarifs des ateliers créatifs communaux, dont voici un résumé :

– passage de 1 à 2 € pour leur accès pendant 4 heures (ou moins) pour les Sprimontois

– il n’est plus question du tarif de 2€ pour une journée complète. Donc 2 demi-journées devraient coûter 4 €

– les 15 € qui permettaient un accès pendant un trimestre sont remplacés par un abonnement de 20 € pour les Sprimontois, équivalent à 12 demi-journées, sans limite dans le temps, sous forme de carte à pointer par l’animateur.

– tandis que d’autres tarifs, à la baisse, sont prévus pour les Sprimontois ayant droit à un tarif préférentiel, d’autres tarifs sont adaptés à la hausse pour les non-Sprimontois.

– l’animateur relèvera les présences pour chaque catégorie, hors abonnement, pour facturation via le service de comptabilité communal

Il faut savoir que ces ateliers sont actuellement fréquentés par +- 80 participants de notre commune, principalement des seniors. L’atelier, au-delà de leur permettre de concrétiser leur projet créatif personnel, avec l’aide d’un personnel communal qualifié, est avant tout un lieu de rencontres et d’échanges, un moyen de renouer un contact social, d’avoir une activité et de briser pour certains la solitude.

Notre conseillère a souhaité mieux cerner ce qui justifiait cette décision du Collège d’augmenter les tarifs et d’imposer aux utilisateurs un nouveau cadre.

Dans sa présentation du point, et en réponse à nos questions, l’Echevin des Affaires sociales a justifié cette décision en insistant sur le fait que les tarifs étaient inchangés depuis de nombreuses années. L’augmentation devrait pouvoir couvrir l’achat notamment
de matériel, rendre ce service communal plus visible, plus accessible et ouvert à l’ensemble de la population. Concernant le cadre, il trouve qu’une nouvelle dynamique doit y voir le jour : selon lui, dynamique tournée vers l’extérieur. Il s’est également félicité d’avoir initié la 1ère concertation sur la commune en invitant les usagers à donner leur avis.

En réaction, Ecolo pense qu’il ne s’agit pas d’une concertation mais d’ « une prise de pouls », sans plus, et a souhaité insister sur le fait que l’Echevin a interrogé les utilisateurs via une lettre du 9 juillet, pour réponse avant le 6 août, c’est-à-dire à une période de vacances pour tous et d’inactivité des ateliers. Malgré cela, plusieurs usagers y ont réagi, mais peut-être pas tous ! Leur réaction, liée surtout à des tarifs supérieurs différents de ceux présentés à décision du Conseil, abordait aussi la question de l’aspect social de ce concertation sur la commune en invitant les usagers à donner leur type d’activité pour les seniors.

En l’absence d’annexe au point, Ecolo a souhaité aussi savoir si l’Echevin leur a répondu ou donné des explications complémentaires quant à cette nouvelle décision en lien avec leur réaction. Il semblerait que chaque utilisateur aurait reçu un courrier : à vérifier !

Autre succession de questions d’Ecolo : « Le cadre plus rigide et les tarifs que vous proposez ne risquent–ils pas de mettre à mal une activité qui n’est peut-être avant tout pour eux que prétexte à partager des liens sociaux ? Ne craignez-vous pas que le désistement de participants ait un impact budgétaire contraire à celui que vous escomptez, justement par manque de participants. Des activités privilégiées pour nos seniors ne devraient-elles pas être plutôt privilégiées ? ».

Selon l’Echevin, toute personne qui éprouve des difficultés financières peut contacter l’assistante sociale. Le cadre, outre le contrôle de la fréquentation, a comme objectif d’inclure les participants des ateliers (ou leur imposer ?), quel que soit l’âge, Sprimontois ou non, dans un projet tourné vers l’extérieur dans le cadre d’une ligne de projets plus importants avec échanges vers l’extérieur… les détails de cette ligne ne nous ont pas été dévoilés…

Ecolo lui a fait part de son étonnement quant au remplacement d’une activité qui « fonctionne » et satisfait ses usagers, par un cadre ou un projet réfléchi par des personnes qui n’ont ni leur âge ni leur motivation, et sans participation concertée préalable des principaux intéressés. Notre conseillère doute de l’efficacité du dit projet, même si elle espère se tromper.

Un autre refrain qui nous fait penser à l’attrait des vitrines et à l’arrivée du marketing dans la gestion d’activités communales aux services du citoyen…

Et dans la continuité, de s’interroger sur le futur de ces activités communales : « le Collège envisage-t-il dans le futur toute activité communale comme payante : quid de la mise à disposition gratuite des locaux ? la livraison à domicile des livres pour les seniors ? les marches 1x/mois ? l’atelier vélos, et bien d’autres… ». L’Echevin des Affaires sociales a éludé la réponse en signalant que ce n’était pas partout pareil et que chaque situation était particulière (sic !)

Au vu de ses nombreuses remarques et doutes, Ecolo a souhaité voter contre ce point qui a été approuvé par 20 voix pour et 1 voix contre.

Share This